Ma licorne Rose

C’est à peu près avant hier que j’ai réellement découvert que ma licorne Rose n’existait pas.

Avant je le soupçonnais, mais elle était si réelle. Puis j’ai commencé à la trouver bien bizarre.

Elle apparaissant seulement quand on était seules, puis disparaissait sans dire au revoir dès que quelqu’un d’autre venait vers moi.

Les mauvaises langues diront que tout ça se passait dans ma tête. Laissons parler les gens. Je n’ai pas de temps à perdre avec les fous.

Revenons à ma licorne. Elle s’appelle Rose et elle ne veut jamais parler de son âge.

Hier, elle m’est apparue en furie, faisant semblant d’être pressée. Cela ne m’a pas amusée, elle feignait trop son existence. Alors je lui ai demandé pourquoi depuis toutes ces années elle ne m’avait jamais rien dit de sa non-existence. Parce que bon, si elle voulait une relation basée sur la confiance, il fallait qu’elle apprenne réellement à dire qui elle est. A ses amis, pour autant que j’en sois une.

– Qui d’autre sait que tu n’existes pas?
-A peu près tout le monde.
-Comment ça à peu près tout le monde?
-Tout le monde sauf toi.

J’étais dévastée. Comment avait-t-elle pu me mentir à ce point?

– Es-tu visible au moins ? Parce que moi je te vois.
– Non
– Comment as-tu pu me faire ça? Comment peux tu être aussi faux-cul?

Rose baissa les yeux. Je sentais qu’elle me cachait encore quelque chose.

Son regard rose me disait que c’était quelque chose de fondamental.

– Je voulais comprendre, reprit-elle, en se retenant de pleurer
-Comprendre quoi?
-Comprendre votre monde. Vous existez tous. Mais de temps à autre vous vous reniez vos existences et vous traitez les autres comme s’ils n’existaient pas.
-Et alors?
– Je voulais savoir ce que c’était de passer de l’autre côté de l’existence. Comme je n’existe pas, je ne pouvais faire semblant de ne pas exister. Alors j’ai fait semblant d’exister.
– Ah pour ça, oui et bravo! Lui dis-je excédée..

La licorne pleura. Ah oui, c’est elle qui est la victime maintenant, il me restait juste le rôle de la méchante.

– Je t’assure. Je n’ai pas décidé de te mentir. D’ailleurs souviens-toi de quand on s’est rencontré.

-A un moment très dur de ma vie

-Un moment où les autres te reniaient ton existence. On s’est juste croisé comme ça, je t’assure. Je ne t’ai pas menti, mais j’ai cru te voir errer comme une zombie dans un autre monde. Je n’aurais pas dû t’approcher je sais, parce que vous autres êtres existants, quand nous les inexistants on vous parle, vous êtes considérés comme des fous. Mais voilà, je l’ai fait.

– Y en a beaucoup d’êtres existants qui errent dans la non existence en ce moment?

– Les Rohingas arrivent par milliers en ce moment.

– C’est triste.

-Oui très.  On ne sait plus comment gérer ça chez les êtres non existants. Parce que les êtres existants ne s’intègrent jamais dans notre monde. Vous êtes nombreux à ne pas nous renier notre non existence. Qu’y a-t-il de compliqué à leur accorder leur existence?

– Je me le demande aussi.

– Tu me pardonnes alors?

– Quoi de m’avoir menti? De m’avoir fait passé pour un clown? Non.

Je sais, parfois je suis dure . Mais imaginez ma réputation, si jamais les gens apprenaient que j’avais une licorne qui s’appelle Rose.

– Là tu me renies ma non-existence.

– Oh Seigneur, que n’ai-je pas fait?

– Si tu veux me rendre heureux tu dois faire comme si je n’existais pas.

– A savoir?

– Ne pas me parler, ne pas me secourir, ne pas me donner à manger, ne pas m’aimer, ne pas me donner des droits, ne pas me voir.

– Mais je te vois Licorne.

– Tu me vois parce que tu penses que j’existe et que c’est ta seule façon de m’aimer.

– Ne pas te parler, ne pas te secourir,…Est-ce l’amour?

– Tout ce que vous faites aux oubliés. Les sans abris, les réfugiés, etc….c’est de la haine pour eux mais c’est l’amour pour nous.

– Bizarre de trouver que l’indifférence c’est l’amour.

– Laisser les autre être ce qu’ils sont, c’est ça l’amour.

Oh licorne Rose, difficile d’accepter ta non existence. Où pourrais-je te retrouver de temps en temps?

– Aux frontières du réel.

– Cela sonne trop série Télé. Tu repars à Licornville?

Silence de la Licorne.

– Bon Sang. Licornville n’existe pas ?

Silence de la Licorne.

– Ton ami l’élephant rose viendra te chercher au moins?

Silence de la Licorne.

Oh quelle naïve j’ai été. J’étais tellement faché contre elle que je l’ai ignorée. Faire comme si elle n’existait pas était la seule solution. La bonne solution. On était désormais d’accord sur ce point. Avant de disparaître, elle m’a remercié. Enfin je lui avais accordé sa non-existence. C’est fou, mais, il fallait que j’aie un peu de haine contre elle sinon avec tout l’amour que je lui portais je ne pouvais pas accepter sa non-existence. Je suis humaine et je suis faite ainsi.

Le travail restait difficile. Organiser une conférence, tenir un discours très ému sur le fait que les licornes n’existaient pas, me sembait nécessaire. Je sais que beaucoup allaient trouver cela louche et questionner ma santé mentale. Puis rajouter que tous les oubliés existent bel et bien. Elles existent toutes les personnes écrasées par les guerres, les famines, les discriminations, la pauvreté, l’oppression politique, économique et sociale, le sexisme, les maladies.

J’existe, tu existes, ils existent.

Zaha Boo

P.S : Je ne parle plus de ma licorne Rose car elle n’existe pas. J’ai juste oublié de lui demander si Rose c’était son nom ou sa couleur. Son nom de famille était Lee Corn. Rose Lee Corn, ça sonne américain ça…Sachant que les êtres qui n’existent pas n’ont ni nom ni couleur. Elle devait à mon avis avoir une fausse identité.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s