Quelque part survivre….

Quelque part, survivre, c’est provoquer.

Quoi de plus provoquant que de se lever tous les matins.

Et faire sa vie, devant le regard ébahi de ceux qui vous ont voulu morts ?

Quoi de plus provocant que d’élever des voix,

Qui résonnent dans les oreilles de ceux qui ont voulu vous faire taire ?

Quoi de plus provocant que de rire un de ces rires qu’ils ne vous croyaient plus capable d’avoir ?

Après tout ce qu’ils vous ont fait ?

Quoi de plus provoquant que d’inventer chaque jour une fête,

Là où ils vous croyaient devoir vous lamenter le restant de vos jours et les nuits durant ?

 

Quelque part survivre, c’est s’entêter

 A se vouloir invincible, alors qu’au plus profond de soi la tristesse a quasi vaincu.

A vouloir marcher debout, là où la haine vous a poussé à terre

A vouloir construire un tout qui ne part de rien du tout

A vouloir vivre d’amour alors qu’on a un passé bafoué par la haine

A construire avec les cendres, tout un destin brisé.

 

Quelque part survivre, c’est les sauver

Les sauver de cet oubli, à défaut de les sauver de la mort physique.

Les sauver de leurs blessures qu’on ne pourra jamais panser,

Autrement que par notre mémoire.

Les sauver de cette haine, qui les à emporté trop vite

Mais jamais trop loin de nos cœurs,

Les sauver de cet oubli, dont veulent les condamner les autres.

 

Quelque part survivre, c’est renaître

Après tout, a-t-on vraiment survécu ?

N’y avons-nous pas laissé tout notre être ?

Toute notre volonté de vivre ?

Ne sommes-nous pas morts avec eux ?

Ne nous sommes-nous pas terrés de chagrin,

Avant de voir un jour meilleur et décider de revivre ?

Quelque part survivre devrait s’appeler renaître.

 

Quelque part survivre, n’a pas été un choix ni une victoire

C’était comme une montagne tombée sur nos épaules

Ce n’était pas une récompense d’avoir couru plus vite ou plus loin.

Ce n’était pas le resultat d’une intelligence supérieure d’avoir trouvé une meilleure cachette.

C’était un mélange de chance et de miracles,

S’il faut dire quelque chose.

En réalité, nous n’en savons rien.

 

Quelque part Survivre, est notre promesse.

 

Zaha Boo

Kwibuka24 – Génocide perpétré contre les tutsis et les massacres des opposants politique
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s